lundi 24 mars 2014

Virgin Suicides

Titre : Virgin Suicides
Auteur : Jeffrey Eugenides
Genre : Drame, Contemporain
Pages : 223

Dans un quartier résidentiel et huppé de Grosse-Pointe (Michigan), cinq soeurs, des adolescentes entre 13 et 17 ans, se suicident en l’espace d’une année. Cécilia, la plus jeune, ouvre le bal. Les autres l’imiteront un an après. Entre-temps, les gamins du voisinage auront vécu et souffert avec elles... à distance. Ce suicide les aura tant marqués qu’une vingtaine d’années plus tard, alors qu’ils frôlent les quarante ans, ceux-ci mèneront une enquête dans l’espoir un peu fou d’éclaircir toute cette affaire. Ce récit en est le résultat, la reconstitution la plus minutieuse et la plus fidèle possible d’une année pour le moins particulière. Tous les témoins, les animés comme les objets les plus dérisoires, sont donc convoqués.

Mon avis : 
J'ai un avis assez mitigé sur ce roman, car il m'a laissé perplexe et avec des questions plein la tête et surtout pourquoi ces jeunes filles, de la famille Lisbon, ont choisi de ce suicider? 

Bien sûr, le sujet choisi est dur, et cela n'est pas facile à traiter. Le fait que l'auteur est prit le parti de raconter son histoire par rapport à un point de vue extérieur, le point de vue d'un groupe de jeunes hommes, explique surement le manque de réponse à mes questions. Mais ce point de vue a donner un tournant peu flatteur pour le roman. En effet, ce groupe de jeunes hommes, qui nous raconte l'histoire des années plus tard, nous raconte des descriptions annexe à l'histoire, afin (soit-disant) de comprendre au mieux la façon dont les jeunes filles sont perçues. Cela m'a fait perdre par moment le fil de ma lecture. 
Mais ces descriptions annexe m'ont donné le sentiment d'un abandon envers les filles Lisbon, car j'avais l'impression que leurs sentiments ou leur détresse avait été mis de côté, et cela ne m'a pas forcément plu car je souhaitais comprendre les raisons du premier suicide, celui de Cécilia, puis des quatre autres soeurs. 

Mais malgré cela, j'ai pu ressentir quelques notes positives. Tout d'abord, et même si on n'a pas la retranscription des sentiments des jeunes filles, nous avons la description de leur quotidien notamment des quatre soeurs de Cécilia après la mort de celle-ci.
Mais on sent par le fait de la description du quotidien, que les narrateurs ont souhaitait savoir pourquoi tous ces suicides. Et cela est renforcé par le fait que ces narrateurs conserve ne nombreuses preuves. Malheureusement, je regrette que l'on ait pas accès à ces preuves. 

Ce roman est vraiment en demi-teinte, car il m'a troublé par le manque de réponses à mes réponses. 

Ma note : 
13/20